Les gestes professionnels

Le métier d’enseignant est à la fois un art et une science. Une science parce qu’il exige précision, organisation, préparation minutieuse et analyse et  un art car il n’est pas figé mais toujours adaptable et fonction des émotions de chacun. Au quotidien c’est un métier qui exige une succession de micro décisions à prendre dans l’instant.

Voici un aperçu de quelques notions qui concourent à mettre en œuvre un enseignement de qualité lorsque l’on fait classe, car pour apprendre un enfant a besoin d’être sécurisé, en confiance, cadré et de savoir ce qu’il doit faire, comment et pourquoi Il peut être utile de s’y référer régulièrement pour y repérer vos progrès, vos pierres d’achoppement et ainsi cibler des points à améliorer.…

  • Anticiper et préparer des activités :

Les élèves doivent être en action, évitez les grands discours. Prenez le temps de vérifier pour un élève choisi au hasard, combien de temps il a passé à écouter, à attendre, à « travailler »

  • Etre disponible et bienveillant tout en étant cadrant et rigoureux :

Etre bienveillant n’est pas ne pas être malveillant, c’est parler à chacun sans oublier personne : tu es important, tu m’intéresses, ta réussite m’importe

  • Expliciter les attendus avec un modèle :

Un exemplaire de la présentation du cahier du jour, du cahier de texte… reproduit en grand au tableau ou au TBI.

  • Prendre (perdre) du temps pour poser les bases :

Le fonctionnement de la classe, l’autonomie des élèves, la vie en groupe, les attendus de l’enseignant doivent être clairement explicités et fonctionnels avant de se lancer dans des apprentissages cognitifs à proprement parler. Pensez à anticiper ce temps dans vos préparations. Par exemple sur une séance de français de 45 minutes, pensez à déduire les temps d’installation, de synthèse, de rangement qui peuvent prendre jusqu’à ¼ d’heure selon l’âge des élèves et la période de l’année.

  • Dire ce qu’on fait et faire ce que l’on dit :

L’enseignant est le modèle de la classe, il se doit d’être le plus irréprochable possible dans ses paroles et ses gestes, ainsi l’enfant aura confiance en lui.  Si l’enseignant montre qu’il sait où il va, alors l’enfant sera rassuré et disponible pour apprendre.

  • Les gestes implicites :

Le regard est un outil important de l’enseignant, il doit pouvoir balayer la classe rapidement pour analyser la situation de chacun des enfants présents. Il est important d’attendre d’avoir tous les regards des enfants avant de prendre la parole.

Il est possible de toucher l’épaule d’un enfant qui ne serait pas attentif sans interrompre tout en continuant de parler, ainsi on le ramène dans le groupe sans perdre les autres.

Les déplacements sont importants dans la classe, il est bon d’aller au plus près de chacun en se déplaçant entre les bureaux. La démarche et l’attitude que l’on a est déterminante déjà lors de la mise en rang, les élèves passent de leur statut d’enfant à celui d’élève et vous êtes le modèle.

Une attitude accueillante  et bienveillante passe par le sourire !

Les « mimiques » du visage suffisent souvent à montrer son désaccord avec un geste ou une attitude.

Plus vos gestes seront précis, le matériel en place et organisé, plus votre séance d’apprentissage sera sereine, ne perdez pas de temps à chercher les outils dont vous avez besoin.

  • Explicitation :

Explicitez vos actions, vos attendus mais aussi le déroulé de la journée (le menu des activités) ainsi que les apprentissages mis en jeu « Aujourd’hui, nous allons apprendre à … »

  • Créer le groupe :

Il est important de fédérer le groupe classe en instaurant un climat de classe favorable à l’épanouissement de chacun dans le respect des autres : collaborer, s’entraider, encourager….

Les règles de vie ne se décrètent pas, elles se vivent, veillez à ce qu’elles soient positives (on peut, on a le droit…). Le règlement de la classe doit être court et applicable : pas de « je dois être sage, je dois travailler… » mais des « Je me déplace sans déranger les autres, je parle bas lors des travaux de groupe… »

  • La confiance en l’enfant :

Ayez confiance en l’enfant, vous développerez sa confiance en lui et il sera plus à même de réussir. Encouragez-le, aidez-le à prendre conscience de ses difficultés en les nommant   et à les surmonter en leur donnant des pistes d’action.

  • Les ressources pédagogiques :

Dans un premier temps, se référer à un manuel structuré permet de ne pas se perdre dans les ressources inépuisables d’internet. Pour le choisir, questionnez-vous sur l’activité de l’élève et sur une progression qui vous convient le mieux possible. Vérifiez également que tous les chapitres sont bien cohérents avec les programmes. Ensuite, vous pourrez vous détacher du manuel pour construire des séances bien à vous et étayer grâce à internet ou autre.

 

N’hésitez pas à échanger sur vos réussites et vos difficultés avec vos collègues, votre directeur…

Référez-vous toujours aux programmes !

 

LES 4 CONCEPTS UNIVERSELS DE SYLVAIN OBHOLTZ

  • La clarté pédagogique du maitre :
    • Préparation de séances
    • Identification précise de ce que l’on veut enseigner et des attendus
  • Le besoin pour l’élève de faire l’expérience de la réussite
    • Voir que l’on peut y arriver pour pouvoir s’engager dans l’effort
  • L’exigence et la bienveillance
    • Etre exigeant en s’adaptant aux capacités de chacun pour l’emmener le plus loin possible
  • La mise en appétit
    • Donner envie et plaisir pour mobiliser les apprentissages

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :